Emission Yourope spéciale décroissance sur Arte

L’émission d’Arte, Yourope dresse un état des lieux sur la décroissance en Europe.

Au programme, la conférence des décroissants à Venise avec des intervenants du monde entier dont l’économiste Serge Latouche et Rob Hopkins à l’initiative des villes en transition en Grande Bretagne.

Berceau du mouvement Villes en transition, Totnes a engagé sa transition depuis 2006 et l’initiative s’applique dans tous les domaines de la vie économique et sociale. Saviez-vous également que la ville de Bristol a notamment créé une nouvelle monnaie locale, la Bristol Pound?

Lire la suite

Ecologie et démocratie versus croissance et catastrophes climatiques

Titre ambitieux pour cette première revue de presse, je vous l’accorde. Mais, allons-y, je me lance.

Pour commencer, jetez un oeil sur la tribune « Le genre humain, menacé » de Michel Rocard dans Le Monde du 2 avril 2011. Le pic pétrolier est derrière nous, il a eu lieu en 2006. Et, l’avenir de l’homme est clairement menacé si celui-ci ne fait rien pour changer aujourd’hui. Aussi,  » répondre à la crise écologique est un devoir moral absolu » pour nos dirigeants qui pratiquent aujourd’hui la politique de l’autruche.

Ici et là, chacun y va de son ouvrage avec la volonté de faire bouger les choses ou tout simplement de se démarquer dans l’offre surabondante de livres politico-socio-économico-climato engagés. Fabrice Nicolino se demande « Qui a tué l’écologie? » et passe au crible les politiques qu’ils jugent complaisantes de Greenpeace, WWF, France Nature Environnement et de la fondation Nicolas Hulot pour tenter de comprendre pourquoi l’écologie reste au point quasi mort depuis de nombreuses années.

Lire la suite

Prêt à jeter, un documentaire sur l’obsolescence programmée…

… ou comment nous avons fabriqué notre société de consommation.
Dans ce document, une question est posée et a retenue mon attention : Où est l’éthique lorsque l’on conçoit un produit pour qu’il tombe en panne? Car c’est effectivement ce qu’il se passe, les produits sont en majeur partie fabriqués pour une durée déterminée au-delà de laquelle il faut les jeter et racheter un produit neuf. Cette logique d’obsolescence programmée conduit à un gaspillage monumental et surtout à la pollution des pays du Tiers-Monde qui reçoivent tous les déchets dont nos sociétés capitalistes ne savent plus que faire. Le discours de la croissance à tout prix montre ici ses limites. Serge Latouche, interviewé dans le reportage, porte une révolution culturelle provocante : la décroissance. Ce concept s’appuie sur une volonté de sortir d’une logique de la démesure. Il s’agit de réduire son empreinte en consommant moins et mieux, en limitant le gaspillage. Ainsi, l’individu se libère du temps libre pour développer d’autres formes de richesses telles que le savoir et l’amitié parmi d’autres.

Pour une société de décroissance, Serge Latouche

Notre bonheur doit-il impérativement passer par plus de croissance, plus de productivité, plus de pouvoir d’achat, et donc plus de consommation? Pas nécessairement défend Serge Latouche dans son article « Pour une société de décroissance ». La société de croissance telle que nous la connaissons n’est pas soutenable. « Fondée sur l’accumulation des richesses, elle est destructrice de la nature et génératrice d’inégalités sociales. « Durable » ou « soutenable », elle demeure dévoreuse du bien-être. C’est donc à la décroissance qu’il faut travailler : à une société fondée sur la qualité plutôt que sur la quantité, sur la coopération plutôt que la compétition, à une humanité libérée de l’économisme se donnant la justice sociale comme objectif. »

Entendons nous bien, la décroissance ne signifie pas nécessairement une régression de bien-être. Il s’agit avant tout de réduire voire supprimer notre empreinte écologique. Puis, de chercher à relocaliser notre économie. Et enfin, d’arrêter la course à la production pour la production. Pour concevoir la société de décroissance  sereine et y accéder, le programme des 6 « R » vient à notre secours: réévaluer, restructurer, redistribuer, réduire, réutiliser, recycler. Six objectifs pour un cercle vertueux de décroissance. Utopie pourrait-on dire? Certes, mais chacun peut s’entendre à dire que les fondements du système actuel de croissance ne font plus leurs preuves et qu’il faut chercher ailleurs notre bonheur.

Extrait d’un article du Monde Diplomatique – novembre 2003