Changer de vie ici et maintenant, une utopie concrète

 

Un million de révolutions tranquillesLes défricheurs 

Pour ceux qui se demandent comment en tant que citoyens ils peuvent changer la société dans laquelle ils vivent, qui s’intéressent aux initiatives que d’autres citoyens mettent en œuvre partout dans le monde pour créer une société plus solidaire ou pour les autres qui se demandent bien qui peuvent être ces pionniers de nouveaux modes de vie, trois lectures foisonnantes et optimistes, qui donnent des idées et renforcent l’envie d’agir et de s’engager pour le changement social:

  • Un million de révolutions tranquilles de Bénédicte Manier, aux éditions Les liens qui libèrent
  • Les défricheurs, voyage dans la France qui innove vraiment d’Eric Dupin, aux éditions La découverte
  • Le Tour de France des alternatives d’Emmanuel Daniel, aux Editions du Seuil en partenariat avec La Pile, association qui édite Reporterre, le quotidien de l’écologie.

De simples citoyens, aspirant à vivre autrement et mieux dans un monde plus juste, ont décidé de reprendre en main les enjeux qui les concernent au niveau local, sans attendre les politiques publiques. Ils expérimentent, ils innovent et créent dans leur environnement proche le monde qu’ils souhaiteraient voir à grande échelle. Loin de l’utopie, ils réinventent concrètement leur quotidien et s’attachent à faire changer leur monde avec pragmatisme et exigence sociale et écologique.

Ils se détachent du modèle productiviste et consumériste. Ils inventent de nouveaux rapports aux autres, à la politique, à l’économie, à la propriété, à la nature… Ils proposent une alternative au mode de vie et d’organisation contemporains, riche de coopérations, de convivialité, de partage, de démocratie et de joie de vivre.

Les champs investis par cette révolution tranquille et invisible sont aussi vastes que variés : agriculture paysanne, alimentation et circuits de distribution, habitat partagé, éducation populaire, santé accessible à tous, énergies renouvelables, entreprises coopératives…

Dans leurs témoignages, les journalistes ont semblent-ils été surpris de la vitalité de ces actions citoyennes qui se développent dans toutes les régions de France et du monde. Elles ne sont pas forcément connectées entre elles mais ces initiatives répondent toutes à ce même souhait de construire et de vivre dans une société plus juste, plus écologique et plus collaborative.

Ses lectures porteuses d’espoir et de vie pourraient bien faire prendre conscience à chaque citoyen de ses forces et lui donner les moyens à son échelle et selon ses affinités de contribuer à transformer la société. La citation tant répétée de Gandhi « Sois toi-même le changement que tu souhaites voir dans le monde » est encore et toujours d’actualité. N’attendons pas que les autres agissent pour nous car à ce jeu-là on peut s’attendre longtemps.

Lire plus

L’article dédié au livre « Un million de révolutions tranquilles » sur le blog du Monde « Même pas mal »

Lire l’article de Reporterre sur le premier livre de sa collection : « Le tour de France des alternatives »

Lire la critique du livre « Les Défricheurs » par Alternatives économiques

Et je vous invite à relire l’article « Et si l’action locale pouvait changer le monde ?« .

Initiatives au service de la transition – sélection presse novembre 2014

Je m’intéresse de près aux alternatives et à toutes les initiatives économiques, sociales, innovantes, locales,  qui permettront le changement vers une société plus solidaire et respectueuse de l’environnement.

Et si l’action locale pouvait changer le monde? Si vous en doutiez, d’autres se mettent en marche pour rendre la vie meilleure. La question est soulevée par un article de Télérama qui dresse un panorama de ce qui se fait et propose des lectures pour bien prendre la mesure du phénomène et se lancer à notre tour.

A LA UNE_Grenoble sera la première ville de France sans publicité. Décision salutaire qui mérite d’être soulignée.

Grenoble ville sans publicité en 2015

Présentation de l’initiative par la municipalité de Grenoble

 

CLIMAT_Mouvement de taille au niveau global: un accord Chine-Etats-Unis sur le climat a été annoncé. Qu’y a-t-il derrière? Décryptage par Novethic

ALIMENTATION, JARDINAGE, AGRICULTURE_Permaculture quand tu nous tiens! Lorsque l’on commence à s’y intéresser, la permaculture offre surprises sur surprises et des moments réjouissants comme lorsque j’ai découvert le keyhole ou jardin en trou de serrure originaire d’Afrique qui permet d’allier potager et compost et de contrôler l’arrosage.

Jardin partagé Nid du 12 - Crédits : Main Verte

Jardin partagé Nid du 12 – Crédits : Main Verte

L’initiative Graines open source est née de la volonté de lutter contre le brevetage du vivant par les groupes agro-industriels et chimiques comme Monsanto en proposant des semences libres de droits ou de brevets. Pour que la partage de semences entre producteurs puisse rester possible et légal.

RESEAUX, NOUVELLES TECHNOLOGIES_Le Fairphone, smartphone équitable fait l’objet d’un article dans le Figaro suite à l’émission Cash Investigation sur France 2 sur les dessous de nos téléphones portables.

Insolite, la commune de Green Bank aux Etats-Unis est devenue un lieu de vie refuge pour les victimes d’hypersensibilité électromagnétique. La raison de cet engouement est la présence d’un téléscope qu’il ne faut pas perturber avec les ondes radios, téléphoniques et le Wi-Fi.

INFOGRAPHIE_ Comment créer un tiers-lieu ou lieu partagé (colocation de bureaux, centre d’affaires, télécentre, espace de coworking, atelier partagé, hackerspace ou fablab)? Un schéma pour appréhender les principes, les bonnes pratiques et les écueils à éviter.

tierslieu

CULTURE_Le bookcrossing veut faire du monde une bibliothèque. Son principe : faire circuler les livres en les relâchant dans la nature et en les offrant dans l’espace public à celles et ceux que ça intéresse. Eux-mêmes pourront par la suite relâcher le livre ou proposer d’autres livres… L’échange sans fin en somme.

ENERGIES RENOUVELABLES_Une éolienne sous licence libre que l’on pourra construire chez soi a été conçue par un bureau d’études lorrain. Cette petite éolienne au rendement stable même avec un vent irrégulier est installable en milieu urbain et en montagnes. Les plans seront disponibles en licence libre. La première phase du projet a été financée à hauteur de 8 216 euros sur le site de financement participatif Ulule.

REEMPLOI, RECYCLAGE_Récylum propose une nouvelle campagne sur le recyclage des lampes usagées que j’ai pu voir dans le métro parisien. En cas de doute au moment de jeter votre ampoule : www.malampe.org

A l’approche de Noël, pourquoi ne pas organiser une session de troc dans votre entreprise? Un bon moyen de créer de la convivialité dans les entreprises pour un minimum d’organisation. Ici et des conseils pour votre organisation.

A DECOUVRIR, A LIRE_Connaissiez-vous Alexandre Grothendieck, mathématicien brillant doublé d’un écologiste engagé avant la semaine dernière? Moi, non et ce personnage au parcours atypique et fascinant est sorti de l’oublià l’occasion de sa mort… Libération a tiré son portrait et Médiapart a rassemblé une sélection d’articles de tous horizons ici.

2 ouvrages de témoignages de citoyens qui ont choisi de passer à l’acte et de changer de vie. Ils l’ont fait et montrent que c’est bel et bien possible. Je n’ai pas dit facile!

Permaculture, nourrir la terre et guérir les hommes de Perrine et Charles Hervé-Gruyer. Découvrez la ferme du Bec Hellouin

Permaculture
Vivre la simplicité volontaire, histoire et témoignages de parcours singuliers, des personnes qui ont choisi de d’être plus heureux en vivant avec moins. Au passage, vous pourrez découvrir la maison d’édition Le pas de côté.

Et toujours de qualité, les sélections alternatives d’Anne-Sophie Novel sur son blog, Même pas mal. Sélection 11 et 12. Je ne résiste pas au plaisir de vous dévoiler la très belle image de sa sélection de la semaine #12.

Van Gohg Path

L’image de la semaine: la Van Gogh Path inaugurée cette semaine aux Pays Bas, une piste cyclable éclairée dans la ville de Nuenen en honneur à « la nuit étoilée » du peintre qui y a vécu

A bientôt.

Quelle place pour l’écologie? – Revue de presse du 6 au 12 octobre 2014

La semaine passée, j’ai sélectionné quelques infos pour vous. Dans cette revue, on parle consommation collaborative, transition énergétique, écologie, travail, économie, mobilité.

INITIATIVES_ Les fruits du voisin consiste à échanger des fruits entre voisins. L’opération a particulièrement bien pris à Fontenay-les-Briis dans l’Essonne où l’on troque non seulement les fruits, mais aussi les légumes, les confitures et les boutures, un vrai troc végétal.

L’échange entre voisins porte aussi sur les outils de bricolage ou de jardinage, des ustensiles de cuisine, des livres, un accès WiFi, etc… En témoigne les 100 sites existants, recensés par le blog de la consommation collaborative. Mention spéciale pour le projet suisse Pumpipumpe découvert sur le blog Ecoloinfo, traduit par « prête moi ta pompe à vélo », qui invite à coller sur sa boîte aux lettres des stickers indiquant les objets que l’on veut bien à prêter à ses voisins. Non seulement pratiques, les autocollants sont vraiment sympas.

Pumpipumpe

Le Fairphone, smartphone équitable est-il une alternative crédible ? C’est la question que pose le site Eco-sapiens, sur une actualité originale du site Ecoconso.be.

EVENEMENTS_Lundi soir 6 octobre, Reporterre organisait une rencontre sur le thème porteur d’espoir de « L’écologie au cœur de la reconstruction politique ». Au programme, une réflexion sur la nécessaire reconstruction voire refondation de la politique. Le succès a été au rendez-vous avec un théâtre Dejazet qui a fait salle comble. Lire le compte-rendu

Mardi et mercredi 7 et 8 octobre, le Forum du nouveau monde organisé par l’OCDE s’interrogeait sur l’avenir du travail, sur ce que devient l’innovation et son rôle dans le changement de nos sociétés, sur l’Europe de demain et sur l’importance de pérenniser le progrès humain et renforcer la résilience. Beau programme. Le débat d’idée, sera-t-il poursuivi d’actions cohérentes et réellement porteuses d’avenir ?

ENTREPRISE_Mardi toujours, la Tribune a dressé le portrait type du patron français selon une étude menée par l’Institut français du gouvernement des entreprises (IFGE, créé par l’EMLYON Business School) entre 1992 et 2012 : homme, 53 ans, formation d’élite. La voilà la raison du blocage relatif à l’évolution des modes de production et des pratiques managériales. Ils viennent tous du même sérail, sont tous formés aux mêmes méthodes et reproduisent les mêmes schémas et organisations d’entreprise. Le mode de pensée capitaliste est ainsi reproductible à l’infini.

ENERGIE_Le débat sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim refait surface à l’heure où les parlementaires discutent du projet de loi de transition énergétique. Profitons-en pour signer la pétition, pour que le chef de l’Etat français honore son engagement pris lors de la campagne présidentielle de 2012.

Ce fameux projet de loi ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein des ONG qui doutent de ses réelles avancées. Décryptage par Novethic

Dans son ouvrage « Gaz de schiste, le vrai du faux », Olivier Blond, journaliste invite à s’interroger sur l’opportunité de l’exploitation des gaz de schiste au regard de la véritable ruée vers l’or dont certains Etats américains ont fait l’objet.

MOBILITE_La couverture médiatique n’est pas la même que pour le Mondial de l’automobile bien sûr, mais quelques voix s’élèvent en faveur d’une autre approche de la mobilité. L’ouvrage « Critique de la raison automobile » de Florent Bussy propose de remettre l’automobile à sa place. Pour mieux comprendre ce que cela signifie, lisez son interview ici. Philippe Descamps quant à lui, livre dans le Monde diplomatique de septembre un article intitulé Plaidoyers pour la bicyclette qui explique entre autres les raisons du désamour des Français pour la bicyclette.

PHOTO CHOC_Ce n’est pas du Paris Match mais cela produit son effet ces photos bouleversantes de pollution plastique aux Maldives qui montrent un envers du décor loin d’être idyllique et de 35 000 morses réfugiés climatiques, entassés sur une plage d’Alaska faute de banquise.

35 000 morses réfugiés climatiques sur une plage d’Alaska faute de banquise

SITE WEB_ http://www.nuitfrance.fr : un site dédié à la lutte contre la pollution lumineuse que nous fait découvrir le blog Ecoloptimiste, chroniques de l’écologie heureuse.

L’ECONOMISTE JEAN GADREY prend la parole_Je terminerais par cette grande et grave question posée par  l’économiste Jean Gadrey dans le Monde diplomatique d’octobre : Faut-il vraiment payer toute la dette ?

Ce même Jean Gadrey qui ne cache pas sa consternation vis-à-vis du modèle économique high-tech et productiviste, prôné par Jeremy Rifkin dans son nouveau livre « La nouvelle société du coût marginal zéro ».

plaidoyer pour l'herboristerieNATURE_Un ouvrage a récemment attiré mon attention en librairie : Plaidoyer pour l’herboristerie qui invite à comprendre et défendre les plantes médicinales en tant que médecine alternative et naturelle. Il oriente, et c’est ce qui m’a plu, vers les outils nécessaires pour apprivoiser les plantes et l’herboristerie.

 

Revue de presse – gaz de schiste – 15/07/13

Les récentes déclarations d’Arnaud Montebourg sur les gaz de schiste ont déclenché la surenchère dans les médias.

Avec l’arrivée de Philippe Martin, nouveau ministre de l’Ecologie, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif a jeté un pavé de plus dans la mare, en remettant au cœur de l’actualité le débat autour des gaz de schiste. Ce sujet « écologique », s’il en est un, déchaîne les passions. Chacun y va de sa plume, pour le pire et pour le meilleur. Les articles contradictoires se multiplient.

Fort à propos, Arte a diffusé mardi soir Gasland, un documentaire à charge sur les gaz de schiste aux Etats-Unis. Revoir Gasland sur Arte +7 jusqu’à demain, mardi 16 juillet 2013.

Arnaud Montebourg fait donc appel aux « écologistes responsables » en proposant la création d’une compagnie publique et nationale d’exploitation des gaz de schiste et estime qu’une technologie d’extraction propre pourra faire l’objet de recherche et être ainsi privilégiée. Selon le ministre, cette agence permettrait d’assurer « le financement de la mutation énergétique du pays ». Lire l’article

De l’avis de Jean-Marie Chevalier, professeur émérite à l’Université Paris-Dauphine où il a dirigé le Centre de Géopolitique de l’Energie et des Matières premières sur Marianne.net « actuellement le point de blocage réside dans la rénovation du code minier, qui permettrait de séparer les autorisations d’exploration et d’exploitation ». Et qu’avant de se priver d’une ressource énergétique potentiellement importante, il faut s’assurer des réelles réserves du sous-sol via l’exploration. Puis, si le prix de ces gaz non-conventionnels était estimé inférieur à celui des fournisseurs actuels de la France, le pays aurait tout à y gagner en termes économiques et de négociation. En revanche, il ne faut pas compter sur une baisse des prix à la consommation et sur la réelle opportunité de financement de la transition énergétique grâce à l’exploitation des gaz de schiste.

Audrey Garric sur Le Monde.fr pose la question : « quelles quantités de gaz de schiste dorment réellement sous nos pieds ? ». Bien que les réserves de gaz de schiste soient estimées à 3 900 milliards de m3 en France, rien n’est définitif dans ces chiffres. Car, seuls l’exploration et des tests de production permettent de déterminer à la fois la productivité de chaque puits – sa quantité en hydrocarbures – et le taux de récupération, qui mesure la partie du gisement techniquement extractible. Et, en France, la fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui disponible pour l’exploration et l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste, est interdite depuis la loi Jacob du 13 juillet 2011, en raison de risques pour l’environnement, jugés trop élevés.

Mais, les quantités indiquées en France ont d’ores et déjà été minorées par rapport au 5 100 milliards initialement indiquées en 2011 (- 23 %). Et, les premières estimations de la richesse du sous-sol, sont également remises en cause dans d’autres pays. La Pologne, qui s’était lancée dans des forages exploratoires, a vu ses réserves annoncées divisées par 10. Aux Etats-Unis, les prévisions restent incertaines et les coûts d’extraction ajoutés à l’opposition d’une partie de l’opinion entrent également dans la balance contre les gaz de schiste.

De son côté, l’économiste Thomas Porcher conteste l’intérêt économique de l’exploitation des gaz de schiste et fait valoir sa position. Il n’hésite pas, dit-il,  à « répond[re] à toutes les invitations: celles de tous les médias, mais aussi celles des associations et des mairies, de droite comme de gauche. Les lobbys, eux, ne manquent pas une occasion de faire entendre leur voix ».

Toujours est-il que François Hollande a souhaité clore le débat lors de son discours du 14 juillet en indiquant que, lui président, « il n’y aura pas d’exploration du gaz de schiste ».

Reste qu’il y a eu un sacré buzz pendant 36h pour pas grand-chose de neuf finalement… Dixit le blog « A perdre la raison ».

Pour ma part, lorsque l’on parle de transition énergétique, j’entends changement de paradigme, pas seulement un prolongement des choix économiques énergétiques faits jusqu’à présent. Alors, véritable transition ou écran de fumée ?

Au sujet de cette fameuse transition énergétique, un bel article de Médiapart invite à découvrir l’approche de la transition énergétique d’Amory Lovins, physicien, président et directeur scientifique du think tank Rocky Mountain Institute. La transition énergétique serait non seulement au service du business, mais aussi de la démocratie et de la justice sociale. La question de la décentralisation comme facteur de risque concernant la fiabilité du réseau et l’augmentation des prix de l’énergie n’en est plus une dans l’approche d’Amory Lovins. S’il y a un article à lire aujourd’hui, je vous conseille celui-ci. S’il peut sembler utopiste, il a le mérite d’ouvrir des perspectives.

Pour plus d’articles sur les gaz de schiste, 3 scoop-it veillent :

http://www.scoop.it/t/petrole-et-gaz-de-schiste

http://www.scoop.it/t/stop-gaz-de-schiste-rhone-alpes-nord

http://www.scoop.it/t/schiste2

La précarité énergétique en vidéo

La précarité énergétique, on en parle beaucoup, mais c’est quoi au juste ? Voilà une vidéo pour mieux comprendre le sujet. Elle présente le programme européen de lutte contre la précarité énergétique, Achieve. Avec ici, l’exemple de l’action menée sur le territoire de Plaine Commune (93).

Lire la suite

L’Alter Eco Festival 2012, un festival éco-conçu

Au programme de la troisième édition de l’Alter Eco Festival, de la musique, du commerce équitable, du développement durable, de la sensibilisation à la protection de l’environnement et de la convivialité pour mot d’ordre.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de vivre cet évènement qui semble particulièrement festif et fédérateur. Organisé par Alter Eco, acteur majeur du commerce équitable en France, rien ne semble laissé au hasard, avec entre autres un village associatif rassemblant des partenaires de choix pour la sensibilisation au commerce équitable et au respect de l’environnement, le choix de d’une restauration bio, locale et équitable, la mise en place du tri sélectif, la sensibilisation des artistes et prestataires aux éco-gestes, un Bilan Carbone© et la compensation des émissions générées par un programme de reforestation en Amazonie Péruvienne, etc.

Lire la suite

Ecologie et démocratie versus croissance et catastrophes climatiques

Titre ambitieux pour cette première revue de presse, je vous l’accorde. Mais, allons-y, je me lance.

Pour commencer, jetez un oeil sur la tribune « Le genre humain, menacé » de Michel Rocard dans Le Monde du 2 avril 2011. Le pic pétrolier est derrière nous, il a eu lieu en 2006. Et, l’avenir de l’homme est clairement menacé si celui-ci ne fait rien pour changer aujourd’hui. Aussi,  » répondre à la crise écologique est un devoir moral absolu » pour nos dirigeants qui pratiquent aujourd’hui la politique de l’autruche.

Ici et là, chacun y va de son ouvrage avec la volonté de faire bouger les choses ou tout simplement de se démarquer dans l’offre surabondante de livres politico-socio-économico-climato engagés. Fabrice Nicolino se demande « Qui a tué l’écologie? » et passe au crible les politiques qu’ils jugent complaisantes de Greenpeace, WWF, France Nature Environnement et de la fondation Nicolas Hulot pour tenter de comprendre pourquoi l’écologie reste au point quasi mort depuis de nombreuses années.

Lire la suite

Pour une société de décroissance, Serge Latouche

Notre bonheur doit-il impérativement passer par plus de croissance, plus de productivité, plus de pouvoir d’achat, et donc plus de consommation? Pas nécessairement défend Serge Latouche dans son article « Pour une société de décroissance ». La société de croissance telle que nous la connaissons n’est pas soutenable. « Fondée sur l’accumulation des richesses, elle est destructrice de la nature et génératrice d’inégalités sociales. « Durable » ou « soutenable », elle demeure dévoreuse du bien-être. C’est donc à la décroissance qu’il faut travailler : à une société fondée sur la qualité plutôt que sur la quantité, sur la coopération plutôt que la compétition, à une humanité libérée de l’économisme se donnant la justice sociale comme objectif. »

Entendons nous bien, la décroissance ne signifie pas nécessairement une régression de bien-être. Il s’agit avant tout de réduire voire supprimer notre empreinte écologique. Puis, de chercher à relocaliser notre économie. Et enfin, d’arrêter la course à la production pour la production. Pour concevoir la société de décroissance  sereine et y accéder, le programme des 6 « R » vient à notre secours: réévaluer, restructurer, redistribuer, réduire, réutiliser, recycler. Six objectifs pour un cercle vertueux de décroissance. Utopie pourrait-on dire? Certes, mais chacun peut s’entendre à dire que les fondements du système actuel de croissance ne font plus leurs preuves et qu’il faut chercher ailleurs notre bonheur.

Extrait d’un article du Monde Diplomatique – novembre 2003

LE PLAN B : POUR UN PACTE ECOLOGIQUE MONDIAL, Lester Brown

Un ouvrage pour ceux qui s’inquiètent pour l’avenir de la planète.

Le Plan B : Pour un pacte écologique mondial - Lester Brown

Le Plan B 4.0 est désormais disponible.

Notre civilisation va-t-elle disparaître ? Aucune économie, aussi technologiquement avancée soit-elle, ne peut survivre à l’effondrement de l’écosystème sur lequel elle s’appuie. Dans ce livre. Lester R. Brown esquisse les contours d’une catastrophe à venir, passant en revue tous les secteurs où l’homme interfère avec son environnement : agriculture, pollutions industrielles et urbaines, énergie, réchauffement climatique. etc. Mais ce réquisitoire implacable ne nous condamne pas à l’inaction : l’auteur défriche les pistes d’un ressaisissement possible, mieux, d’une  » renaissance « . En déployant différemment l’arc des multiples activités humaines selon les principes de la durabilité écologique, Lester R. Brown annonce une restructuration de l’économie qui représente le plus grand défi historique jamais relevé et propose un pacte planétaire qui unit tous les hommes.