Le risque nucléaire de nouveau en question

Greenpeace a pris possession des lieux à la centrale nucléaire de Tricastin (26) ce matin. Une nouvelle action coup-de-poing médiatique pour dénoncer l’insécurité de l’énergie nucléaire. Voir le récit en direct sur le site de Greenpeace

Lire l’article sur Le Monde / Lire l’article sur Youphil

Et pendant ce temps à Fukushima…

Le 9 juillet dernier, le gérant de la centrale de Fukushima a constaté que le niveau de césium radioactif dans un puits de prélèvement situé entre les réacteurs et la mer a été multiplié par 90 en trois jours. Et, Tepco a déclaré à la presse : « Nous ne sommes pour le moment pas en mesure de dire si l’eau contaminée s’écoule ou non dans la mer ».

Et ailleurs…

En Chine, la Société nucléaire nationale chinoise a annulé un projet nucléaire de construction d’une usine de traitement d’uranium dans une ville du sud du pays après des manifestations. Lire l’article sur Le Monde

Le nucléaire n’est pas une mince affaire, alors pour suivre son actualité, il existe :

  • La CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité)

Et, des spécialistes de la question prennent position en faveur d’une sortie du nucléaire comme Bernard Laponche dont je parlais dans un précédent article. Un brin provocateur, il affirme que le nucléaire est le « moyen le plus dangereux de faire bouillir de l’eau chaude ».

Publicités

J’ai lu pour vous : La Troisième Révolution industrielle de Jérémy Rifkin

Bénévole pour les Amis de la Terre à Paris, j’ai récemment écrit un article pour leur journal La Baleine. Retrouvez-moi dans le numéro de mars 2013 dédié à la transition énergétique, en page 15 dans la rubrique Coin des livres. J’y présente l’ouvrage La Troisième Révolution industrielle de Jeremy Rifkin, qui propose sa vision de la transition énergétique.

Le plan « Energie 2050 » de la Commission européenne très voire trop conservateur

Prise de position de Yannick Jadot, député européen Les Verts, que je rejoins. Un manque de progressisme flagrant nous prive en effet du changement salvateur et d’une évolution vers une société plus durable et responsable de notre environnement.

Lire l’article

Le nucléaire a-t-il encore de beaux jours devant lui ?

On nous répète à l’envie que le nucléaire représente l’avenir industriel de la France et que voit-on aujourd’hui dans les médias ? : Le numéro 1 mondial du nucléaire, Areva pour ne pas la nommer, présente un plan d’économies sévères pour redresser ses comptes. Et bien sûr, une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, l’emploi ne sera pas épargné… Pour couronner le tout, Areva a demandé une suspension de cotation en Bourse.

En finir avec le nucéaire, pourquoi et comment

Un ouvrage dans les librairies en ce moment.

Une activité qui prévoit des licenciements est, il me semble, loin d’être porteuse en terme de croissance. De bonnes perspectives d’avenir en somme !

En savoir plus :

La plan d’économies d’Areva suscite des réactions multiples

Prise de position sur le nucléaire par Bernard Laponche, physicien nucléaire et polytechnicien : la France est dans l’erreur.

 

 

L’OBSERV’ER, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les énergies renouvelables

L’Observ’er, Observatoire des énergies renouvelables, centralise l’information relative aux énergies renouvelables et participe à leur développement en France et dans le monde. Des offres en matière de crédit au recensement des formations dédiées aux énergies renouvelables en passant par un annuaire des professionnels dans le domaine, l’Observ’er est un portail d’information complet et clair ouvert à tous, professionnels et particuliers qui désirent étendre leurs connaissances sur le domaine.

L’Observer a par ailleurs récemment récompensé la société lyonnaise Tenesol, leader français de l’énergie solaire et acteur incontournable du photovoltaïque, au concours « Habitat solaire, habitat d’aujourd’hui » pour le bâtiment de son siège social. Les formes et les proportions évoquent l’environnement agricole alentour tout en exprimant intensément la modernité à travers l’intégration de panneaux solaires qui fournissent 20% de l’électricité consommée par le site.